Margrit Eigenmann

Artiste indépendante

Depuis plusieurs années, j’essaie de m’exprimer à travers des matériaux les plus divers. Au début de ma carrière, j’ai travaillé la pierre qui m’a amené au moulage de bronze et à la création de sculptures en fer. Maintenant, ce sont les couleurs qui sont à l’ordre du jour. La peinture acrylique classique restera à côté de l’art numérique, le DigiART,  l’une des formes d’expression essentielles de ma création artistique.  

Ma créativité trouve actuellement son pendant dans les images DigiART sur toile qui sont dans leur majorité abstraites. Je transpose des photos numériques prises dans la réalité dans un nouvel univers mystique. Les photos sont traitées par ordinateur et prennent vie dans une autre dimension. En regardant de près, on reconnaît souvent les finesses subtiles inhérentes au contexte dans lequel la photo a été prise. Les images qui sont générées directement sur ordinateur rappellent souvent les techniques classiques de la peinture. Chaque photo numérique est dans son genre une œuvre unique dans la mesure où elle est imprimée une seule fois sur toile dans des dimensions déterminées et ensuite tendue sur châssis à clavettes. Mes tableaux sont imprégnés d’harmonie qui se perpétue jusque dans les couleurs et dans les formes. Ludiques mais toujours teintés d’un certain mysticisme. Comme toujours pour ce genre de tableaux, les émotions prédominent dans la création – la technique informatique n’est qu’un outil assurant la transposition. L’art photographique numérique demandera encore un grand travail de pionnier. Car la question – l’art numérique est-il un art à part entière – n’est jamais très loin. Je pense que chacun devra y répondre à sa manière. Il est un fait que l’ordinateur en tant qu’outil de l’expression artistique répond parfaitement aux exigences de notre époque. Une image numérique est le résultat d’une technique de pointe qui se fond dans la créativité de l’artiste. Une œuvre numérique n’est jamais le fruit du seul ordinateur. C’est la créativité de l’homme qui sait se servir de son outil qui en fait une oeuvre. Ce n’est pas en actionnant une touche que créativité et ingéniosité se déclenchent.  

Pénétrer une œuvre abstraite demande une réflexion intense. Toute référence au figuratif doit s’estomper. L’art abstrait est un art qui fait abstraction du concret, qui se libère de toute relation avec l’objet. Le terme « abstrait » est issu du mot latin « abstrahere » qui signifie « enlever, se défaire ». L’abstrait puise ses origines dans le concret et est de ce fait aussi réel que le figuratif.  Nous sommes seulement moins habitués à le voir ainsi ou à vouloir le voir ainsi. Dans la plupart des cas, l’art abstrait ne génère aucune association objective avec l’objet. Lorsqu’il n’est pas possible d’établir une relation avec le réel, il ne reste que l’interprétation pour se prononcer sur l’œuvre. Toute description réelle perd son sens.

Le défi est immense face à la tâche de concilier les exigences contraires des différents travaux – l’immersion dans le monde de la couleur, l’expérimentation avec l’informatique – travailler la pierre en enlevant de la matière – travailler le fer en y rajoutant de la matière. Mon activité artistique s’en voit enrichie, diversifiée et gagne en passion. Que je travaille sur ordinateur ou que je me penche sur un autre moyen d’expression, le dialogue mental, spirituel et physique avec la matière sur laquelle je travaille, reste le même et me permet d’accéder aux racines de la création. Les sentiments, les émotions, le vécu, l’assimilation, les visions, les rêves et les jeux intellectuels, la vie de tous les jours, etc. se reflètent dans les œuvres achevées.

Les expositions qu’elles soient individuelles ou en groupe et la participation aux salons artistiques internationaux, sont entretemps devenues partie intégrante de mon programme annuel de travail.